Catégories
FAQ

La crypto au-delà du capitalisme (1)

The Rise of Distributed Valerism

Alors qu’il regardait par la fenêtre de la petite maison de ville écossaise de sa mère, Adam Smith a eu du mal à comprendre les implications des transformations sociales et économiques qui se déroulaient autour de lui. À chaque livraison hebdomadaire du Edinburgh Evening Courant, il semblait que les nouvelles d’une invention, d’une entreprise commerciale ou d’un paradigme scientifique révolutionnaire projetaient de faibles lueurs de lumière sur les formes floues d’un avenir encore non écrit. Ces formes et forces imminentes – émergeant à l’intersection des connaissances passées et de l’innovation actuelle – le tourmentaient chaque nuit alors qu’il luttait pour s’endormir. Pourtant, les idées qui se cristallisaient profondément dans l’esprit de Smith reflétaient la structure des modèles économiques changeants dans lesquels il était ancré. Et comment pourrait-on dormir avec de telles visions qui luttent pour échapper aux contraintes de son physique? Il ressentait un besoin profond de fonder, dans le substratum rocheux axiomatique, les processus de refonte du monde à un rythme autrefois considéré comme impensable. Il a donc commencé à articuler les contours moraux d’un monde industriel émergent, au milieu de sa gestation. De cette manière, le capitalisme est né.

Les étudiants en histoire connaissent Adam Smith comme l’auteur de La richesse des nations et l’homme responsable de la théorie du capitalisme. Mais peu savent qu’avant de se lancer dans l’articulation de sa théorie – qui décrivait la création, la représentation et la transaction de richesse de l’humanité dans un monde en voie d’industrialisation – il était un philosophe moral. À ce titre, il a beaucoup écrit sur les modèles de comportement qui façonnent l’interaction humaine. Ses principales préoccupations tournaient autour de la manière dont nous discernons et perpétuons les modèles pour une action appropriée (morale), et comment ces modèles influencent notre perception de ce qui a de la valeur. Bien que de nombreux économistes contemporains aient perdu de vue le lien fondamental entre le domaine de la moralité perçue et celui de la valeur économique, la question était primordiale dans son esprit. Pour Smith, les gens ont utilisé leurs actions économiques comme mandataires pour communiquer le sentiment moral émergent de l’humanité elle-même.
Mais pourquoi le lien entre la morale et la théorie économique est-il important? Et comment est-ce lié au monde émergent des crypto-monnaies? Dans cet essai, je soutiendrai qu’après des millénaires passés à résumer le lien fondamental entre nos représentations de la valeur et les sentiments moraux sous-jacents qu’ils expriment, nous sommes sur le point de réintroduire explicitement ces sentiments moraux sur le marché via une nouvelle boîte à outils technologique. Je présenterai ensuite le cas que cette nouvelle boîte à outils ouvre une passerelle pour augmenter de façon exponentielle la capacité de l’humanité à représenter, stocker et transiger de la valeur.
Comme Adam Smith il y a 200 ans, nous sommes à l’horizon des événements d’un nouveau monde économique. Il est impossible de prédire exactement ce que le nouveau monde apportera, mais je crois que – informé par l’évolution et les limites des systèmes actuels que nous utilisons pour représenter et transiger de la valeur – il est possible d’articuler des contours utiles des transformations économiques et technologiques à l’horizon.

Valérisme distribué: la frontière économique du 21e siècle

Réinventer un système économique capable d’exploiter le potentiel de la révolution industrielle a nécessité le sacrifice de nombreuses hypothèses agraires et mercantilistes qui étaient, à l’époque, tenues pour acquises. De même, il est fort probable que nous devrons rejeter bon nombre de nos gueules de bois idéologiques, culturelles et mythologiques de l’ère industrielle du capitalisme afin de profiter pleinement du potentiel économique de l’ère de l’information. En introduisant le concept de valérisme distribué, du latin valere – vaguement traduit par « de valeur» – je cherche à établir une poignée conceptuelle qui correspond plus étroitement aux transformations technologiques, culturelles et économiques à l’horizon actuel.

Le valérisme distribué déplace l’attention économique des préoccupations concernant la gestion centralisée de la propriété et vers la dynamique à long terme de la représentation, du stockage et des transactions de valeur dans un paysage comportemental adapté aux nouvelles contraintes physiques et théoriques des jeux d’une économie de l’information. Dans la mesure du possible, je cherche à laisser derrière moi le cadre dichotomique du capitalisme contre le socialisme, et je crois que le valérisme distribué fournit un cadre évolutif pragmatique dans lequel imbriquer les discussions concernant une voie équilibrée vers l’avant. En décrivant la nature des changements tectoniques se déroulant au plus profond du paysage monétaire et économique d’aujourd’hui, actuellement détectable sous la forme de grondements idéologiques sismiques et d’une éruption précoce de crypto-monnaies sur le paysage économique et politique, nous pouvons commencer à voir – et, espérons-le, à comprendre – les flux tectoniques entraînant des changements évolutifs à l’échelle de l’ organisme humain collectif.

En bref, si le capitalisme représente nos valeurs morales par procuration du transfert de propriété , que ce soit des ressources physiques, des machines, des terres ou des jetons monétaires génériques, le valérisme représente l’extension du capitalisme à – et une transformation équilibrée aux mains de – l’ère de l’information. Il s’agit de rendre fertile et d’incorporer économiquement de vastes étendues de potentiel humain inexploité, actuellement laissées en jachère en raison de contraintes à la fois historiques et technologiques. Plus précisément, deux transformations principales modifieront et élargiront les hypothèses de notre boîte à outils financière actuelle:

  • L’encapsulation d’un ensemble de plus en plus diversifié de valeurs et de connaissances humaines au sein du système monétaire lui-même, via l’expressivité accrue et la friction transactionnelle réduite des systèmes de représentation décentralisée des valeurs .
  • La capacité de jouer à de nouveaux jeux économiques, auparavant inaccessibles en raison de problèmes d’action collective, et dépendante d’approches distribuées pour gérer la théorie des jeux de la confiance économique sur des horizons temporels élargis.

En incorporant ces caractéristiques dans le moteur du capitalisme, l’humanité débloquera de nouveaux outils puissants dans sa quête pour accroître la création globale de richesse, améliorer sa répartition équitable et diminuer non seulement la volatilité financière, mais aussi politique au fil du temps. La forme initiale de l’explosion de la crypto-monnaie présente déjà les premiers contours qui correspondent bien à ce cadre. Mais avant de discuter des spécificités de la dynamique présente et future, je voudrais placer l’importance des caractéristiques principales du Valérisme Distribué dans leur contexte approprié. Compte tenu de cet objectif, je présenterai d’abord une revue interdisciplinaire de la relation entre notre espèce et la technologie de l’argent, puis expliquerai pourquoi la création et l’incorporation de ces nouvelles technologies monétaires sont tout aussi révolutionnaires que toute innovation technologique à ce jour – peut-être plus.

L’ambiguïté et le sens de l’argent

Si nous cherchons à étudier comment nos représentations monétaires évoluent par rapport à leur signification sous-jacente , cela aide à méditer brièvement sur la signification actuelle de l’argent. Alors, que signifie un dollar? Nous avons tendance à nous laisser entraîner dans ses utilisations fonctionnelles, et notre conception populaire de la signification de l’argent s’arrête donc souvent au niveau transactionnel de l’analyse. On peut acheter des produits d’épicerie, du gaz et des divertissements avec un certain nombre de dollars. Et dans un sens, tant que cela reste vrai, peu importe ce que signifie un dollar pour la majorité des acteurs du marché . En fait, la plupart des gens vous regarderont probablement comme si vous étiez un peu touché à la tête si vous leur posiez la question sérieusement; Je sais, j’ai demandé…

Mais je continue de demander, parce que lorsque l’on réfléchit à la question pendant une période de temps substantielle, le concept d’argent commence à sembler plutôt absurde. Ces petits morceaux de papier que nous utilisons comme monnaie – chacun recouvert de fioritures symboliques – sont en quelque sorte venus à représenter l’ensemble collectif de valeurs autrement piégées à l’intérieur des crânes de 7 milliards de singes. Assez étrange, en effet. Pourtant, le dollar américain, et d’ailleurs toutes les autres monnaies, ont beaucoup en commun avec le tableau de Magritte ci-dessus: lorsque vous vous arrêtez pour y penser, ce ne sont que des symboles de la chose sous-jacente que la plupart supposent être . Par exemple, si je vous demandais quelle est l’image ci – dessus, vous répondriez probablement avec quelque chose du genre: «oh, c’est une pipe». Mais bien sûr, il n’y a pas de pipe fumable devant vous. C’est l’image d’une pipe qui existait autrefois dans l’esprit d’un artiste, représentée sur du papier pour que les autres puissent la voir, et actuellement affichée sur votre écran. En d’autres termes, la correspondance mentale entre l’image représentant le tuyau et un tuyau lui-même est si forte qu’elle disparaît pratiquement. Cette métaphore se rapproche de la manière dont nous considérons l’argent que nous détenons entre nos mains comme étant réellement précieux , plutôt que de simplement se substituer à des espaces réservés pour la valeur .

En tant qu’êtres humains, nous gardons beaucoup de ces cartographies invisibles – symboles – dans nos esprits. Souvent, la correspondance entre le symbole et ce qui est symbolisé reste cohérente entre les individus, mais pas toujours. Le degré de cohérence dépend de l’endroit où l’élément symbolisé se situe sur le spectre entre le concret et l’abstrait. Plus l’élément symbolisé est concret, plus il est probable que le symbole conservera son intégrité lorsqu’il sera communiqué entre les esprits. Un tuyau, par exemple, est plutôt concret, et donc les qualités essentielles associées au «tuyau» dans l’esprit des gens possèdent un degré élevé de chevauchement interpersonnel et un faible degré d’ambiguïté fonctionnelle. De l’autre côté du spectre, nous utilisons souvent des mots comme «amour», «espoir», «foi» et «mal». Ces mots – en raison de leur degré d’abstraction et de subjectivité extrêmement élevés – sont moins susceptibles de correspondre aux mêmes représentations conceptuelles de deux individus. De plus, il est assez difficile de cerner leurs caractéristiques essentielles. Ces mots-symboles abstraits se prêtent donc moins à l’encapsulation dans une image simple ou un contexte représentatif. Par exemple, nous permettons à nos artistes de dépeindre le concept de «l’amour» de manière plus subjective que nous ne le faisons le concept de «chaise». Nous comprenons de manière innée la nature subjective de l’amour, tout en reculant par réflexe d’attribuer le mot «chaise» à ce qui n’est pas reconnaissable comme un «lieu de repos construit».

Dans cet esprit, il est utile d’introspecter sa propre conceptualisation de l’argent et d’identifier où se trouvent ses symboles sur ce spectre entre le concret et l’abstrait. Qu’est-ce qui est symbolisé par le dollar américain? Est-ce concret ou abstrait? Est-ce un symbole de la puissance militaire des États-Unis, de la valeur actualisée du potentiel économique américain, de la capacité d’un individu à exercer un pouvoir sur les autres, de la valeur d’un widget, de la valeur de ses actions, de la confiance entre étrangers, de l’amour même? Bien sûr, il représente une partie de toutes ces réalités disparates à la fois, et est donc par définition plus abstrait que tout exemple donné.

Cela implique que malgré nos transactions quotidiennes irréfléchies et la quantité stupéfiante d’énergie humaine dépensée pour créer, stocker et transmettre des symboles monétaires dans les systèmes actuels, la chose sous – jacente que représente le symbole de l’argent reste presque comiquement abstraite. L’argent sous-jacent de «valeur» représente – en tant que symbole – ressemble davantage aux réalités floues sous-jacentes associées à des concepts comme «amour» et «espoir» que les entités concrètes symbolisées par des mots comme «pipe» ou «chaise». Et pourtant, aussi floue que soit le paysage sous-jacent de la valeur, sa représentation concrète via des symboles monétaires permet à l’ organisme humain collectif de s’auto-organiser en assemblages immensément créatifs capables d’une croissance presque constante. Une telle tâche n’est pas anodine et repose sur un rééquilibrage constant des besoins de l’individu avec ceux de la société dans laquelle les individus vivent leur vie. Et donc l’argent lui-même a augmenté, imprégnant presque tous les créneaux expérientiels de nos vies. Nous représentons cette croissance explosive comme une quantité de valeur sous-jacente s’élevant à des milliards d’unités des symboles monétaires abstraits d’aujourd’hui ($, ¥, £, €). Encore une fois, bizarre.

Étant donné la puissance des symboles monétaires pour abstraire la valeur comportementale, pourquoi la spécification de la relation entre le symbole et la valeur reste-t-elle insaisissable? Pourquoi nos symboles monétaires restent-ils si détachés des notions plus concrètes de valeur dans le monde quotidien des actions humaines? Pourquoi leurs cartographies symboliques ressemblent-elles davantage à celles de «l’amour» qu’à celles d’une chaise? C’est à ces questions que nous nous tournerons la semaine prochaine…